L’art de bâtir en pierre sèche salué par l’UNESCO


L’inscription au Patrimoine Culturel immatériel de l’Humanité honore ce savoir-faire qui architecture nos paysages

La liste établie pour 2018 concerne plusieurs traditions culturelles relevées sur tous les continents, dont cet art ancestral qui, dans nos terroirs, s’inscrit si naturellement dans le paysage qu’il semble lui avoir toujours appartenu.

Un art de bâtir difficile : les stages de formation à ce savoir-faire tâtonnent souvent, laissant espérer une formation des formateurs plus aboutie. Fort heureusement, la sensibilisation a gagné autant le grand public que nombre de nos élus qui portent une attention nouvelle à la préservation de ces ensembles parfois considérables : les enclos, les cabanes (dénommées suivant les secteurs : bories, capitelles, cazelles, etc…), les burons pour la fabrication du fromage, les foyers et fours pour la métallurgie ou le charbon de bois… Il suffit en Occitanie de gagner la moyenne montagne ou les plateaux pour en découvrir des exemples à foison et fréquemment splendides.

Une remarque : cette inscription au Patrimoine immatériel concerne huit pays du sud de l’Europe (Croatie, Chypre, Espagne, France, Grèce, Italie, Slovénie, Suisse). Pourtant, elle n’a fait l’objet que de commentaires discrets dans les medias français plus enclins à citer d’autres traditions retenues dans la liste de l’Unesco —tels le reggae de Jamaïque, les parfums en Pays de Grasse, les “tamboradas” rituels de battements de tambour en Espagne— probablement parce que plus imagés et bruyants… Dommage. Il nous revient donc de promouvoir ces constructions originales pour que soit reconnu et apprécié un art abouti qui contribue au charme de régions entières et peut solliciter la passion de ses habitants, fiers d’un tel héritage.

En savoir plus sur l’art de construction en pierre sèche.

Fondation du Patrimoine – délégation Occitanie-Pyrénées

Lou Courtaou des Escozes

La Fondation du patrimoine a eu l’honneur de participer au financement de la restauration du Courtaou des Escozes à Campan dans les Pyrénées à hauteur de 5 700 euros !
Ce lieu magique est surnommé le “village abandonné”. Il était autrefois occupé par des vachers qui y vivaient de Juin à Septembre !

Courtaou des Escozes, à Campan.
Courtaou des Escozes, à Campan.

L’ensemble pastoral du Liantran

L’ensemble pastoral de la vallée du Plaa de Prat et du Liantran est situé en zone cœur du Parc National à une altitude comprise entre 1591 mètres pour la cabane du Plaa de Prat et de 1824 mètres pour le village d’estive du Liantran. C’est une zone inhabitée mais qui accueille encore durant les estives des activités pastorales.

Ensemble pastoral du Liantran.

En 2017, ce sont environ 900 brebis et 90 vaches qui seront conduites sur ce grand site naturel pour une période de 3 mois (juin à septembre).

Si la permanence de cette activité a permis d’entretenir les pelouses, l’évolution des pratiques professionnelles du pastoralisme n’a pas permis de conserver les constructions vernaculaires qui servaient de cabanes, d’enclos et de leyté (cavité dans laquelle on conservait le lait au frais).

Le site du Liantran possède encore des exemples remarquables de telles constructions dans un état de ruine mais qui peuvent encore être restaurées pour retrouver l’état d’origine de ce qui avait été jadis un véritable “village espagnol d’estives”.

Le matériau employé n’était constitué que des pierres présentes déjà sur le site. Les constructions étaient de toute petite dimension ; la cabane avait une surface au sol de 9 m² juste suffisante pour abriter les hommes et l’enclos permettait de regrouper les brebis pour la traite.

Mais une autre caractéristique remarquable de cette vallée est la présence, sur le site du Liantran et de la Cétira, d’abris en pierre, construits sous un rocher et que l’on nomme “toues”. Ces deux toues possèdent encore les pierres qui avaient servi à leur aménagement et qui pourront être réutilisées pour leurs restaurations.

Ensemble pastoral du Liantran.

En savoir plus sur le site pastoral du Liantran à Estaing.

❖  ❖  ❖